Ainsi nous sommes. Des ruelles désertes pavées de nostalgies, des lampadaires accrochés dans la pénombre aux murs décrépis de nos Ames, des chênes solitaires sur des terres desséchées, des ponts de romance, des complaintes nocturnes de Saxo, des phares solitaires dans la tumulte océanique, Paris des amours perdus, soleils couchants de contrées si éveillées aux rêves, une immense salle d’attente de ceux qui ne viendront jamais, des gares de trains en partance mais jamais pris, un bar vide embaumant les senteurs d’un Vin, promesse d’un Amour que l’on attendra toujours mais qui ne viendra jamais.

Ainsi, nous sommes, une Autre vie.....