Hamid Kechad


" Fier descendant de la tribu des Béni Slimane sur les hauteurs de Tablat et de cœur, aussi vaste que fragile, targui des monts de l’Atakor, musicien des Kel Iherir ou même poète caravanier, digne fils de Kenadsa, remontant la Saoura jusqu’au Tafilalet. Heureux dans les cafés de Bel Abbés ou de Constantine, partout où tu étais, sur la route du raï ou du Tindi, de l’Ahellil ou du Chellali, tu as fais découvrir à des générations d’algériens des chants millénaire qu’ils n’avaient jamais entendus jusque là" (Abdelkrim Djillali).

C'est de Hamid Kechad qu'il s'agit. Je l'avais connu, tel un éclair ayant foudroyé mon fort intérieur, dans un café pas trés loin de la Chaine trois avec une Amie agronome et journaliste de son état. Je pouvais enfin mettre une image sur la voie de l'animateur de " Guel ou Guel", émission musicale de trés haut niveau co-animée avec Larab Saliha.

Ce type inspirait la bonté et l'intelligence du coeur à une époque marquée par la haine et la Mort. Je l'ai aimé du premier regard mais, depuis, je ne l'ai plus revu car il a rejoint les étoiles. Ainsi parlait Hamid, "l'Homme au couffin": "Wallah makayen wallou" (Dans le couffin) " ghir" ce rêve qui me hante.......

Adieu l'Ami......